Profils de chercheurs : Kelsi Smith

Originaire du Canada, Kelsi Smith poursuit des études de doctorat en neuroscience et en épidémiologie au Karolinska Insitutet. En 2020, elle a reçu une bourse de stagiaire de recherche au doctorat stopSP de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Grâce au programme de bourses de personnel de la Société de la SP, des étudiants au doctorat profitent d’occasions de formation en recherche et peuvent améliorer leur compréhension de la SP.

Les travaux de Kelsi Smith portent sur la vitamine D, les gènes responsables de la pigmentation de la peau et le rôle de l’exposition au soleil dans l’apparition et l’évolution de la SP.

Qu’est-ce qui vous a amenée à vous intéresser à la recherche sur la SP?

J’étais jeune lorsque j’ai appris à connaître la SP, puisqu’un de mes proches est atteint de cette maladie. Quand j’étais enfant, ma mère m’encourageait à réaliser mes « expériences » scientifiques dans la cuisine. En grandissant, j’ai compris que je pouvais gagner ma vie en posant des questions, c’est-à-dire en devenant scientifique! Je voulais comprendre le « pourquoi » des maladies neurologiques, et plus particulièrement percer le mystère de la SP. C’est pour cette raison que je m’intéresse non seulement à l’apparition de cette maladie, mais également aux raisons qui font qu’elle change et évolue.

Qu’est-ce qui vous incite à poursuivre des travaux dans ce domaine?

Je trouve fantastique l’esprit de collaboration propre à la science : des chercheurs des quatre coins du monde, aux spécialités et aux parcours différents, travaillent ensemble pour placer les morceaux du casse-tête de la SP. J’ai eu le plaisir de rencontrer d’éminents chercheurs de partout dans le monde lors de conférences internationales, notamment des femmes de tête accomplies qui sont pour moi une source d’inspiration. Elles m’incitent à m’améliorer, à travailler encore plus fort et à tenter de trouver des réponses pour les personnes vivant avec la SP.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans vos travaux de recherche et quels sont certains des défis auxquels vous faites face?

J’aime relever des défis et savoir que je contribue à l’atteinte d’un but commun, soit résoudre le mystère de la SP, aux côtés de chercheurs, de cliniciens et de personnes vivant avec la SP. Je n’ai jamais le temps de m’ennuyer, car chaque jour au travail est différent.

Vous voulez en savoir plus sur les travaux réalisés par Kelsi Smith? Écoutez la chercheuse vous en parler elle-même.

Pour connaître les titulaires des bourses de personnel stopSP 2021, rendez-vous sur la page de notre site Web consacrée aux annonces de financement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *