Le parcours (sportif) d’une femme atteinte de SP et de son entraîneuse

L’histoire de Samara

Quand j’ai reçu un diagnostic de SP en 2015, je craignais de ne pas pouvoir rester active. L’exercice me servait d’exutoire depuis toujours, tant mentalement que physiquement, et j’avais peur que mon corps ne me permette plus de bouger comme je le voulais. Cela m’inquiète encore aujourd’hui, puisque mes troubles visuels et ma perte d’équilibre sont des obstacles au quotidien.

C’est pourquoi je me donne comme priorité de participer à des activités qui me font du bien, m’aident à retrouver ma force et améliorent mon équilibre. Marcie, mon entraîneuse personnelle, m’apprend à donner tout ce que j’ai pendant l’entraînement, tout en écoutant mon corps. J’ai commencé par suivre des cours de groupe avec Marcie avant d’opter pour des séances privées afin de faire évoluer mon programme d’entraînement.

Comme je suis sa première cliente atteinte de SP, elle adapte mes entraînements en fonction de mes limites et de mes objectifs, qui consistent notamment à améliorer mon équilibre, ma force et mon cardio. Les exercices sont toujours difficiles, mais à ma portée, et augmentent en intensité d’une séance à l’autre.

En plus de mes séances avec Marcie, je pratique le Pilates, ce qui m’aide énormément à améliorer mon équilibre et à renforcer les muscles de mon tronc. Ce sont deux types d’entraînements qui se complètent bien.

Il m’arrive souvent de ne pas être d’humeur à m’entraîner, mais je le fais quand même. Même si je n’accomplis qu’une partie de mon programme, je me sens mieux qu’avant la séance d’entraînement. Parfois, je n’ai pas du tout envie d’être là. Les séances avec Marcie se révèlent alors souvent les meilleures, parce que je donne vraiment tout ce que j’ai.

L’heure que je passe avec Marcie me permet de décrocher pour me concentrer sur moi et mes objectifs de mise en forme. Cette dernière m’aide à ne pas lâcher en vérifiant comment je me sens la veille d’un entraînement. Grâce à elle, je suis en mesure de reconnaître mes forces malgré la SP.

L’un de mes objectifs est de me remettre à la course à pied. J’avais l’habitude de participer à une course de 10 km chaque année. Grâce à l’aide de Marcie, j’espère pouvoir le faire de nouveau.

Si vous vivez avec la SP et souhaitez vous remettre en forme, je vous conseille de commencer lentement et d’écouter votre corps avant tout. Selon mon expérience, les bienfaits de l’entraînement sont autant physiques qu’émotionnels. Trouvez une activité qui vous plaît et vous permet de vous amuser sans penser à la maladie.

L’histoire de Marcie, entraîneuse personnelle de Samara

J’ai rencontré Samara par l’intermédiaire d’une amie commune qu’elle accompagnait à l’un de mes cours de groupe. Elle m’a demandé de lui offrir des séances d’entraînement privé, et j’ai depuis la chance d’être son entraîneuse.

Quand elle m’a informée de son diagnostic, j’ai tout de suite eu envie de relever le défi. Samara est ma première cliente atteinte de SP, et je savais que je devais concevoir les meilleurs entraînements possible pour l’aider à combattre ses symptômes. J’ai lu au sujet de certains exercices, et j’ai appris que la SP se manifeste différemment d’une personne à l’autre. Il me fallait donc comprendre les limites de Samara. Je devais prendre en considération son manque d’équilibre et de coordination, et le fait qu’elle ne voyait que d’un œil. J’ai créé un programme d’entraînement en tenant compte de ces facteurs. Par exemple, nous avons eu recours à un ballon Bosu pour renforcer les muscles de son tronc et améliorer son équilibre.

Les expériences vécues par Samara lui ont montré que l’exercice est un élément déterminant de la santé mentale et physique. Elle a pour priorité d’être le plus en santé possible, ce qui la motive à ne pas lâcher.

Il importe tellement d’être fidèle à un programme d’entraînement et de rendre des comptes à quelqu’un. Nous avons pris un engagement l’une envers l’autre : elle a promis de se présenter à chaque séance et de donner le meilleur d’elle-même, et j’ai promis de la guider et de l’aider à atteindre ses objectifs. La concentration et la motivation de Samara, séance après séance, m’inspirent beaucoup.

C’est une battante, et on peut voir qu’elle est fière de ce qu’elle accomplit. C’est ce que j’aime chez elle. Elle a compris que la SP ne l’empêche pas d’améliorer sa force, sa forme physique, son équilibre et sa coordination si elle y met les efforts nécessaires jour après jour.

Certains jours, elle n’a pas le cœur à l’entraînement et se présente à reculons à la salle d’entraînement, mais, à la fin de la séance, elle me dit qu’elle est heureuse d’avoir fait les exercices, car elle se sent beaucoup mieux.

Si vous souhaitez vous mettre en forme, je vous conseille de choisir une activité qui vous convient. Trouvez le bon entraîneur, allez-y lentement et essayez différentes choses pour acquérir de meilleures habitudes de vie. L’activité physique a des bienfaits pour le corps, mais il peut également améliorer votre humeur et votre façon de voir la vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *